Nous connaissons tous les 2 déjà un peu la Suède et la Finlande alors nous nous sommes tourné assez naturellement vers la Norvège. Guillaume était déjà allé dans le parc du Jotunheimen en été il y a 2 ans et était très curieux de revoir les mêmes paysages en hivernal. Le Hardanger nous attirait beaucoup mais le côté plus Alpin des 2 grands voisins Skarheimen et Jotunheimen encore plus. Nous disposons de 2 semaines et c'est le temps qu'il faut pour parcourir ces 2 massifs. Cette région est souvent choisie comme lieu idéal de préparation des expéditions polaires car le cadre et les conditions en sont très rapprochants et l'accessibilité relativement aisée.

Le Skarvheimen (depuis 1995) ou anciennement Fillefjell est une grande région de montagnes aux vallées profondes à l'ouest et plateaux plus doux à l'Est. Il fait a peu prêt 80 kms de long par 60 de large.

La porte d'entrée du Skarvheimen est au sud du massif : Finse, une gare ferroviaire a 1222 mètres d'altitude qui n'est accessible qu'en train. Nous traverserons en premier la partie ouest du parc national d'Hallingskarvet dans un axe sud-est nord-est pour remonter jusqu'aux portes du Jotunheimen : le lac de Tyin. L'Hallingskarvet est également le sommet de 1933 mètres qui culmine le massif du Skarvheimen. Cet axe sera sud-est nord-est sera notre axe principal durant tout le séjour et correspond à l'orientation de la chaîne alpine. Après le parc d'Hallingskarvet nous traverserons le plus petit parc de Fødalen. Nous irons alors jusqu'au lac de Tyin.

La traversée du Skarvheimen se fera en 5 jours et demi et totalisera 150 kilomètres.

Le massif et parc national du Jotunheimen (litteralement la maison des Trolls!) est le plus alpin des massifs norvégiens et comporte les 26 plus hauts sommets du pays. Il fait a peu prêt 50 kilomètres du nord au Sud et 60 d'est en ouest. Les sommets dépassent vite les 2000 mètres d'altitude et le Galdhøpiggen a 2469 mètres ainsi que le Glittertinden a 2465 mètres en sont les 2 sommets les plus hauts du pays. Ce massif est tout de même sculpté par de belles vallées glaciaires et lacs qui permettent de le traverser et de pouvoir au gré des envies et de la météo de se faire de belles ascensions.

Nous y resterons 7 jours et demi et y ferons environ 150 kilomètres

Les récits de Marc Breuil en main nous voici prêts à partir !

Dimanche 6 avril : Finse - Geyterhytta

Arrivée à Finse en train à midi par la magnifique Bergensbannen Oslo-Bergen après environ 4 heures de trajet (cf. infos pratiques).

Finse est une porte d'entree pour le Skarvheimen mais aussi pour le massif du Hardangervidda qui se situe au sud. Le glacier du hardangerjøkulen est d'ailleurs à quelques spatules de finse.

Le lieu à la topologie et l'aérologie idéale est très fréquenté par les kiters.

Il a également servi de décors pour de nombreuses scènes de Starwars ! Pour en savoir plus : http://www.starwars-universe.com/dossier-page-76-459-les-lieux-de-tournage-de-la-saga-norvege.html

Arrivée donc à midi à finse nous commençons par chercher une carte du Skarvheimen au 1:100000° car impossible d'en trouver une avant notre départ. Nous avons par contre celle du Jotunheimen. Nous ne voulions pas les cartes au 1:50000° pour ne pas trop nous charger

Nous en trouvons une à la hutte de finse à un kilomètre à côté de la gare mais au 50000°. Il nous manque donc la seconde partie du Skarvheimen mais ça ne fait rien. Nous avons un GPS et la carte des pistes et huttes. Ca va le faire.

Sur le quai de la gare l'unique hotel le Finse 1222. Cet hotel centenaire où Ernest Shackleton et Fridtjof Nansen mais aussi la patineuse Sonja Henie ont marqués le lieu de leurs présences. L’atmosphère est unique enfin moi j'adore

14h30 le départ : on ne tient plus !

La météo est plutôt bonne. Il fait même lourd. Des les premiers mètres on tombe les vestes et nous voici en t-shirt. La montée au premier col commence dès le quai de la gare et les peaux sont indispensables avec les pulka bien chargées. Il nous faut monter a plus de 1500 mètres d'altitude.  Arrivée en haut du col la pluie commence à tomber. La visibilité se réduit. Le vent arrive. Dans le cœur du sujet dès le début ! Nous redescendrons vers 1300 mètres d'altitude et planterons le bivouac 5 kilomètres avant Geiterygghytta. Tout est bien mouillé. Ma bâche de pulka n'est plus étanche après avoir passée un hiver au gite en servant de porte-skis pour les locations.  Tout baigne à l'interieur, le duvet flotte : le bonheur. C'est la que l'on se dit qu'il n'y a rien de pire en itinérance que la pluie. Y'a de quoi vous stopper net une aventure après peu de jours ! M'enfin on est pas des pieds tendres !

 

Un petit morceau de saucisson et une petite gorgée de Gentiane et on serait presque prêt à repartir ! 

Lundi 7 avril : Geyterhytta – Kongshelleren

Après une belle grosse nuit de 9-10 heure, qui sera notre rythme de croisière durant tout le raid, nous partons vers 10h30 pour l'étape qui nous mèneras vers Kongshelleren. Avant de partir on essaye de faire sécher plus ou moins nos affaires mouillées de la veille.

La météo est couverte. Il ne peut plus mais le vent s'est levé.

On descend a Geyterygghytta a 1200 mètres d'altitude pour remonter a 1500 mètres planter le bivouac vers 18h30 a 5 kms de Kongshelleren. Les montagnes du Skarvheimen oscillent entre 16 et 1700 mètres. En cette fin d'apres midi le temps est meilleur. Il fait presque beau.

Guillaume repart faire un tour pour faire des photos sur un sommet au sud du Langavatnet. Pépère reste tranquillement préparer le bivouac et se reposer. Retour de Guillaume vers 9h. Le vent commence à se lever, la neige a arriver. 

Dans la nuit le vent tourne et il neige. Le joli mur que j'ai construit n'a servi strictement à rien.

Au réveil un joli spray a quasiment repeint l'abside tout en blanc qui s'est entièrement remplie de neige : merci la fosse a froid de jeff qui débordait de 5 centimètres à l'extérieur de la tente et qui a donc servie de porte d'entrée pour la neige !

Alors petit inventaire de ce qu'il y a dessous : nos chaussures, notre réchaud, la nourriture, les thermos etc...en plus la pelle est dehors sinon ça ne serait pas drôle et pour couronner le tout nous avons comme tous les matins une envie de faire pipi intergalactique ! y'aura un peu de boulot avant de mettre le nez dehors.

Mardi 8 avril : Kongshelleren – Jungsdalvatnet

Ça y est ! le vent est devenu notre compagnon de route et ne nous lâchera pas du raid. De grosses rafales a nous coucher par terre. Des changements brusques de météo 40 fois par jour à vous faire devenir chèvre Evelyne Dhéliat et Laurent Romejko mais du coup des lumières changeantes, magiques, des contrastes saisissants, enfin ça bouge en permanence, il faut rester attentif pour ne rien manquer du spectacle. On passe aussi notre temps a enlever et remettre nos vêtements. Les températures ne sont pas froides (aux alentours du zéro) mais le ressenti avec le vent peut l'être. Notre phrase préférée du raid sera : « le soleil n'est pas loin » : on a du réveiller les norvégiens qui sommeillaient en nous !

On trace notre route dans la poudreuse et on finira par planter notre bivouac à 4 kms après la hutte de Jungsdalshytta au bord du lac. On s’arrête à la hutte pour trouver la carte qu'il nous manque mais la carte n'est toujours pas disponible. Ce doit être une carte fantôme que seuls les Trolls détiennent ; un truc comme ça !

On commence a prendre le rythme du voyage. Les gestes se répètent et deviennent plus rapides et précis. Montage de la tente, faire fondre la neige ... les tâches se répartissent également : je coupe le saucisson et Guillaume sert la Gentiane. A votre santé ! (à boire avec modération bien sûr ... juste parce que l'on a pas de gros stock !)

Mercredi 9 avril : Jungsdalvatnet – Bjordalsbu

Encore une journée blanche dans le Skarvheimen. Bivouac à 2 kms après bjordalsbu au Nedre Bjordalsvatnet. L'endroit et les lumières nous enchantent. Les seuls rayons de soleil de la journée mais quel spectacle !

Jeudi 10 avril : Bjordalsbu - Sulebu

On commence par une grande descente sur Breistolen vraiment très sympa. Nous rencontrons au pied d'une belle crevasse et d'une cascade de glace notre premier Lagopède qui nous fait la faveur d'un bel envol avec son empennage bordé de noir intense. Les fonds de vallées traversés par une route ne sont jamais très jolis alors nous ne nous attardons pas trop et reprenons rapidement de la hauteur. La hutte indiquée est fermée. La piste, un peu difficile à trouver, est juste en face. Le prochain col a 1200 nous ouvre les portes d'un magnifique plateau. La végétation disparaît au delà des 1000 mètres. Fini les arbres rabougris ; à nous les grands espaces ! On se sent beaucoup mieux dans ces grandes étendues ou les immensités et les éléments nous donnent toutes leurs forces et vitalité. La nuit commence à tomber ; grosse journée

Nous plantons le bivouac 5 kms avant Sulebu un peu rincés

Vendredi 11 avril : Sulebu - Slettningen

On démarre la journée sous un beau soleil. La traversée du lac est vraiment belle et nous réchauffe le cœur. Le vent est toujours très fort. Nous rencontrons devant le refuge de Sulebu une locale qui nous annonce une tempête prévue pour demain. Encore une très belle descente sur Nystogo dans une belle poudreuse. Guillaume nous pulvérise le record de vitesse avec un 47,3 kms/h : RESPECT !

Nous suivons les indications de la locale et remontons en fond de vallée la rivière sur un peu plus de 3 kms. De belles maisons aux toits en herbe. Il y a tellement de vent dans la région qu'il n'y presque pas neige sur les toits. Le vent a aussi du bon.

Nous longerons également la piste de ski de fond du village. Les pistes sont moins nombreuses et entretenus qu'en France . Ca n'a pas l'air de retenir les skieurs qui pratiquent en Norvège comme en Suède le ski par toutes les conditions de neige et de météo et qui pratiquent également beaucoup le hors pistes. La suite nous en réservera de belles lors de l'ascension du Glittertinden

 

Nous traversons la route et prenons un petit encas. Nous avons bien fait car la prochaine montée va nous coûter quelques calories et nous obligera, comme dirait Guillaume, à nous mettre en mode PGHM : déchausser les skis, sortir les cordes, poudreuse jusqu'à la taille, pentes impraticables, 2 à tirer et pousser les pulkas une à une. Il fait chaud toujours très chaud dans ces cas là même si le thermomètre avait indiqué -20° ! Chauqe mètre gagné est une victoire. 1400 mètres d'altitude le calvaire est terminé. Nous sommes fiers de nous. Enfin demain c'est l'arrivée aux portes du Jotunheimen. On plante le bivouac et ça roupille ni une ni 2 ! Des voisins auraient surement l'impression de dormir à côté de l'aéroport de Roissy tellement on devait ronfler

Nous bivouaquons entre Slettningsbu et le lac de Tyin

 

Samedi 12 avril : Slettningen - Fondsbu

Grande descente à Kongevegen où passe la route E16.

Nous voyons des jeunes Snowkiters attendre sur le lac de Tyin

Traversee du lac de Tyin : 13 kilomètres. Le temps est couvert. Beaucoup de vent. Quelques averses de neige. Il y a pas mal de monde qui traverse le lac pour rejoindre Fondsbu où les gens ont des chalets de vacances.

On plante le bivouac 500 mètres après le refuge de Fondsbu. Lumières magnifiques ce soir.  Le cadre est magnifique. Les reliefs s’accentues et deviennent beaucoup plus alpins. Cette nuit ça a soufflé très très fort.

Dimanche 13 avril : Fondsbu - lac de Gjende

 

Lundi 14 avril : Camp fixe 2° nuit au milieu du lac de Gjende

Aller retour au glacier de Memurubu avec une sale météo : vent du nord de face. Au retour crochet par memuru tunga pour essayer d'attraper un joli point de vue sur le lac de Gjende. Retour au bivouac vers 20H

Mardi 15 avril : lac de Gjende - lac Russvatnet

Traversée de la seconde partie du lac de Gjende jusqu'a la hutte de Gjendesheim. La météo est magnifique. Les rafales dans le dos sont toutefois glaçantes. L'arrivee a la hutte est très belle avec ces 2 bateaux pris dans les glaces façon "Le jour d'apres !" . Sur le côté gauche du lac les falaises de Bessegen sont impressionnantes surtout pour Guillaume qui a déjà bivouaqué en été au sommet et qui sait que derrière il y a un autre lac et qu'à cet endroit on peut voir les 2 lacs presque superposés

Après la hutte de Gjendesheim belle montée à plus de 1500 avec ensuite un gros dévers jusqu'au lac de Russvatnet où nous poserons à l’entrée du lac un camp fixe pour 3 nuits.

Mercredi 16 avril : lac Russvatnet 2°nuit

Balade en solo jusqu'a la hutte de Glitterheim pour Jean-François et du glacier de Veobrean pour Guillaume

Les conditions météo sont tourmentées avec encore ce fort vent du nord. Des sastrugis se sont formés et le ski en dévers est souvent difficile : les skis n'accrochent pas. 

Jeudi 17 avril : lac Russvatnet 3°nuit

Journée repos en prévision de la très belle journée annoncée demain où nous programmons de faire l'ascension du Glittertinden.

Nous réalisons un rêve d'enfant : faire un Igloo. Nous y passons presque 6 heures et sommes très fiers de l'avoir terminé. Comble du luxe nous dormirons dedans. 

Vendredi 18 avril : ascension du Glittertinden

La Fenêtre Météo du voyage !

On va donc faire le sommet du Glittertinden et s'en mettre plein les yeux. 

Au lever nous découvrons que l'entrée de l'igloo est bouchée par la tempête de la nuit. Nous n'avons absolument rien entendu et avons dormi comme des loirs.

Nous décampons au plus vite pour profiter de la journée qui s'annonce magnifique.

Nous arrivons vers 11H30 à la hutte de Glitterheim. Petite halte pour reprendre des forces et Zou : direction le sommet Glittertinden.

Nous arrivons à 14h après une ascension éclair. Le spectacle est magnifique. Nous croisons pas mal de monde car la journée de ces vacances de pâques est la première belle journée et l'ascension du Glitter est une classique qui se fait en famille ou entre amis, les jeunes commes les moins jeunes, en ski de fond ou en ski de rando enfin de toutes les façons possibles. Les Norvégiens nous épatent à bien des égards dans leur rapport à la nature et la descente du Glittertinden en Telemark restera un souvenir inoubliable : la grande classe !

Nous redescendons à la hutte de Glittterheim : arrivée à 16h30.

Retour au camp à 18h où nous replions la tente pour repartir à 19H.

Bivouac à 20h30 a 5 kms de l'arrivée

Plein les pattes mais plein les yeux ; la journée a été grandiose.

Samedi 19 avril : dernière journée du voyage

Arrivée à Gjendesheim à 9H30 où nous prennons La Douche du voyage et un petit déjeuner Gargantuesque : le bonheur.

Nous rejoignons en taxi la station de ski de Beitostolen car le vent des derniers jours à coupé la route en formant des congères. Par chance elle a été réouverte ce matin même.

De Beitostolen nous prennons le bus direct pour Oslo.

Fin du voyage